Auguste & Ava | Ava ou le bonheur d’être grande soeur
739
single,single-post,postid-739,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Ava ou le bonheur d’être grande soeur

17 Mar Ava ou le bonheur d’être grande soeur

Aujourd’hui nous fêtons la première semaine de vie dans ce monde de la deuxième petite sœur d’Ava. Pas nouveau pour Ava qui avait déjà une sœur cadette mais, ce n’est pas rien dans la vie d’une petite fille. Elle est en âge d’adorer jouer à la maman mais, n’a pas encore atteint celui permettant de comprendre pourquoi ce petit être nouveau venu dort beaucoup…Trop à ses yeux ! Charmant mais, certainement très déstabilisant car loin d’être un bébé de conte de fée et d’être une deuxième compagne de jeux, appliquée et alerte, elle est un vrai bébé ! De plus, cette nouvelle venue n’est pas une simple jolie poupée qui serait directement arrivée des ateliers de production Petitcollin avec qui Ava pourrait faire n’importe quoi mais une petite personne bien vivante qui a des attentes, des sautes d’humeur, des besoins, qui pleure aussi et, qui peut dormir beaucoup ou pas assez, que ses parents ne permettent pas de manipuler par les cheveux, les bras ou les jambes et, qu’il est formellement interdit de la triturer, de la changer, de la bouger comme une petite fille pourrait le faire avec sa poupée justement. Mais alors qu’est-ce qu’Ava pourrait bien pouvoir entreprendre avec cette petite sœur ?

Après avoir entendu un nombre de choses incalculables de la part de ses parents concernant cette petite personne bien réelle, Ava va pouvoir expérimenter les joies d’être l’aînée pour la deuxième fois, cette fois en ayant quelques années de plus donc la possibilité de s’essayer à des choses impossibles à faire auparavant.

baby-2

Imagines petite Ava, les avantages d’être l’aînée – nous aborderons l’autre pan soit les inconvénients, à une autre occasion. Tu vas pouvoir donner des biberons bien câlée dans un fauteuil ou un canapé. Tu vas chanter des chansons, réciter des comptines ou autres petits poèmes que tu auras appris à l’école. Tu sélectionneras des vêtements pour que ta maman habille ta petite sœur avec des choses que tu aimes, peut-être que tout ne passera pas mais tu auras tenté le coup. Tu auras la grande chance de pouvoir raconter les histoires que tu adores, que tu connais par cœur, jusqu’à endormir ce petit bébé ou le faire pleurer encore plus parce qu’elle en aura assez d’écouter les mêmes histoires, ce n’est pas grave, c’est un petit privilège que tu ne vas pas pouvoir t’octroyer longtemps alors profites en. Tu vas lui raconter les voyages que tu as déjà fait et qu’elle fera peut-être un jour, tu imagineras ceux que vous pourrez faire ensemble. Tu vas pouvoir dans quelques mois lui donner ses premières cuillères de purées en tous genres salées comme sucrées. Tu la verras faire ses premiers pas et, peut-être même que tu lui auras appris la méthode, de même que pour le tricycle, la bicyclette, la trotinette, le ski, la natation, le kite-surf, la plongée et que sais je encore. Tu vois un peu cette chance que tu as. Tu prépareras, au début bien aidée de ta maman ou de ton papa, les premiers gâteaux d’anniversaire qui du coup seront ceux que tu préfères. Quand vous jouerez à l’école, à la maison, dans quelques années, tu seras la maîtresse et pourras t’amuser à dicter des lignes d’écriture, à gribouiller les fautes avec un stylo rouge et donner des bonnes ou des mauvaises notes. Un petit plaisir un peu sadique d’aîné mais, qui n’est pas désagréable. Il est bon de temps en temps de ne pas juste se sentir responsable des cadets et de pouvoir les gronder un peu parce qu’ils n’écoutent pas assez la maîtresse, toi en l’occurence. Tu lui transmettras certains jouets, livres ou objets parce que tu te considéreras comme trop grande pour jouer encore avec. Tu en partageras d’autres avec plaisir et bienveillance et, tu lui apprendras à se servir de quelques uns. Tu lui liras des histoires quand tu seras en âge de savoir lire. Tu joueras à des jeux de société lors de parties endiablées, avec ou sans tes parents, parfois houleuses mais, souvent de grands moments de bon humeur. Tu la consoleras lorsqu’elle sera triste et, l’accompagneras lorsqu’elle sera malade pour qu’elle oublie qu’elle a mal, en lui racontant des blagues, la faisant rire, la massant. Tu pourras lui tenir la main dans la rue ou dans les parcs lors de vos balades, une manière de la protéger et, secrètement de te sentir responsable. Puis, tu seras son chaperon ou son excuse pour sortir quand vous serez bien plus grandes mais, ça c’est pour une prochaine étape. Si ça t’amuse, nous pourrons un jour divaguer sur les avantages et les inconvénients d’être l’aînée. En attendant, l’important est de bien profiter de tous ces petits moments qui vont s’offrir à toi.

SDA

No Comments

Post A Comment