Auguste & Ava | Une « beâuté » de chocolatier !
642
single,single-post,postid-642,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Une « beâuté » de chocolatier !

27 Jan Une « beâuté » de chocolatier !

Jacques Genin : une « beâuté » de chocolatier dirait un mauricien enthousiaste et gourmand. Je dirais, en souriant en pensant à cette expression, qu’aller chez Jacques Genin est comme partir pour un voyage gustatif, savoureux et raffiné qui appelle à vite repartir pour un autre voyage sans sourciller et sans scrupule.

Rien qu’à l’idée de déguster un de ses chocolats, pâtes de fruits, caramels, orangettes ou gingembre confit enrobé de chocolat, je pars dans un doux ailleurs subtilement sucré qui me retient d’aller au bout de la rue de Turenne pour repartir avec une boîte métallique minimaliste renfermant mon petit trésor. Pourtant, j’ai découvert Jacques Genin non par ses chocolats mais, par sa tarte au citron en 2009, un must. Puis, vinrent les éclairs au caramel et au chocolat, le premier m’a un peu déçue car finalement en-deçà de mes espérances après tout le bien que j’avais pu ouïr à son propos. Le second en revanche, qui n’a pourtant pas mes faveurs en tant qu’éclair, fut un pur bonheur à manger : suave, crémeux mais pas trop, divinement bien dosé en chocolat, une pâte à chou moelleuse et légèrement croquante dans une taille fine juste ce qu’il faut pour ne pas être dégoûtée et, rester sur son désir d’en manger un autre. Quelque temps plus tard, certains de mes proches testèrent le Paris-Brest qui était apparemment top ! Je ne vous en dirai pas plus car, le Paris-Brest ne fait pas partie de mes desserts qu’il soit exceptionnel ou pas.

jacques Genin-2

Un jour, grand moment de solitude : nous nous promenions dans le quartier avec des amis et nos enfants et, vint le moment du goûter. Nous nous demandions ce que nous pourrions acheter. Idée magique de dernière minute avant la crise de faim enfantine : « allons acheter des éclairs , mille-feuilles et tartes au citron chez Genin » ! Mais, les gâteaux ne pouvaient plus être emportés, seulement commandés à l’avance ou consommés sur place dans un salon de thé qui débordait de personnes atablées et d’autres qui patientaient debout et, nous avec des enfants de deux ans qui piétinaient. Nous sommes ressortis avec nos frustrations pour nous rabattre sur une bonne brioche avec du chocolat.

Alors, pendant quelque temps nous ne sommes plus allés chez Jacques Genin, jusqu’au jour où je me suis à nouveau glissée dans l’écrin de la rue de Turenne pour tester des chocolats. La magie a opéré immédiatement ne serait-ce qu’avec le gingembre confit enrobé de chocolat noir : exquis. Puis, quel joli moment que celui d’ouvrir ma boîte argentée carrée, simplement marquée d’un J et d’un G entremêlés, de retirer le papier protecteur pour voir apparaître un damier de petits chocolats aux parfums que j’avais choisis : miel de châtaignier, gingembre, basilic, romarin, fève tonka, poivre de Séchouan, praliné d’amande et plus encore. Un seul mot : bonheur !

J’ai donc repris goût à aller chez ce grand maître chocolatier, chantre de la perfection, du détail et des saveurs. Lorsqu’un jour j’achetais une boîte pour apporter à un dîner, une femme élégante, au beau regard vif m’a proposé de goûter une pâte de fruits à base de légumes. C’était mal me connaître : je n’aime pas les pâtes de fruits alors celles à base de légume…Je me suis quand même laissée tenter par celle au fenouil. Quelle incroyable découverte : petite, juste moelleuse mais pas trop, sucrée subtilement dans un bel équilibre avec le goût marqué du fenouil. Une révélation ! J’ai emporté une petite boîte de pâtes de fruits simplement pour en découvrir plus, la framboise, la rhubarbe, la carotte…Tous les arômes se révélaient d’une manière magique. Alors, seuls les chocolats n’ont plus été les seuls petits cadeaux à apporter à des amis.

En fin d’année, alors que je faisais des compléments de cadeaux pour quelques personnes, j’ai pour certains acheté des grandes boîtes de mélange des produits élaborés par Jacques Genin allant du nougat, aux caramels en passant par les truffes et les marrons glacés – juste là pour les fêtes – les orangettes, et plus encore. Complèments qui au passage ont fait l’unanimité ! J’ai alors enfin goûté un caramel au parfum mangue-passion. Vous allez rire mais, j’ai…adoré !

Les caramels collent souvent aux dents, sont trop durs ou trop mous, trop sucrés ou trop gras, trop ou pas assez quelque chose, mis à part certains grands classiques dont on aime retrouver le goût ou le plaisir de les manger. Ce caramel au parfum particulier était fondant, pas du tout collant, parfumé, laissant cette douce envie de pouvoir en manger un autre de temps en temps. Il peut se déguster plus ou moins dur si vous le préférez ainsi, il suffit de le savourer à la sortie du réfrigérateur puisque contrairement aux chocolats, les caramels se conservent au frais. Vous n’en trouverez pas seulement au beurre salé mais, à la framboise, au cassis, au miel de châtaignier, aux amandes, au gingembre, à la pistache, nature pour ne citer que ces parfums.

Picorer une confiserie, une pâtisserie ou un chocolat de Jacques Genin c’est une façon de vagabonder un instant, d’oublier un peu son quotidien en se laissant porter par un petit bout de douceur qui éveil tous les sens et donne du baume au cœur. Si vous ne le connaissez pas encore, pensez à vos papilles, et tentez l’aventure soit dans la boutique / salon de thé de la rue de Turenne soit rive gauche dans le tout nouvel espace ouvert fin 2014 à l’angle des rues de Varenne et du Bac.

SDA

**************************************************

Jacques Genin

133, rue de Turenne, 75003 Paris

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 19h / (20h le samedi)

Tél : +33(0)1 45 77 29 01

27, rue de Varenne, 75007 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 10h30 à 19h

Tél : +33 (0)1 53 71 72 21

**************************************************

Tags:
,
No Comments

Post A Comment