Auguste & Ava | Le musée de l’Armée
537
single,single-post,postid-537,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Le musée de l’Armée

14 Nov Le musée de l’Armée

Si comme moi vous avez un ou des petit(s) garçons(s), il est fort probable qu’il(s) aime(nt) les armures, chevaux, châteaux forts, Louis XIV, Napoléon…Etant donné la fascination de notre fils pour ces personnages, uniformes et demeures, sans même que nous ayons clairement abordé certains sujets – il en a entendu parlé car, nous sommes entourés de quelques passionnés – et, le fait qu’il adore jouer aux chevaliers et dessiner des châteaux forts, nous avons décidé de l’emmener au Musée de l’Armée aux Invalides : un succès ! Il y est retourné à sa demande et, nous n’avons pas fini d’y faire quelques visites. Il fallait le voir déambuler dans les salles du Moyen-Age jusqu’à celles de l’Empire, à virevolter d’une armure à l’autre, d’un heaume à une arbalète, d’un poignard à une cuirasse, d’un bouclier à une épée. Un bonheur de le voir s’émerveiller et de l’entendre poser des questions : pourquoi il y avait aussi des armures pour les enfants ? Tout cela était-il lourd ? Pourquoi ils devaient se vêtir ainsi ? Pourquoi ils se battaient autant ? Voyageaient-ils beaucoup ? C’était le cheval du roi ? Et tant d’autres interrogations.

musée de l'armée-2

Il fut aussi très intrigué par les canons de la cour d’honneur et leur grand nombre. Le clou de cette première visite : les tombeaux de Napoléon et de Turenne, tellement grands, imposants et mystérieux pour lui. Le plus intriguant fut de savoir qu’il y avait un hôpital dans l’enceinte des Invalides et, qu’il ne fallait pas faire de bruit en se promenant dans les extérieurs pour ne pas déranger les personnes qui s’y reposaient. Ce qui éveilla moins son intérêt concerne les salles consacrées aux deux guerres mondiales. Il est encore un peu petit pour regarder tous ces textes, films, documents papiers, cartes. Même s’il y a des uniformes cela apparaît comme trop complexe pas assez chevaleresque, ne relevant pas du conte, n’impliquant pas de roi, de reine, de château, attisant donc moins son imaginaire. Il y a des étapes pour tout, celle de s’intéresser aux Guerres du vingtième siècle viendra plus tard. En revanche, pour un adulte les parcours sont édifiants et, bien pensés. En ces périodes d’intenses commémorations, il n’est pas interdit de se plonger dans ce passé récent, de relire des lettres, des journaux, des témoignages et autres récits, d’écouter, de réfléchir en se confrontant à des faits pour éviter de réitérer les mêmes erreurs et, d’essayer de comprendre comment se sont dessinées certaines régions du monde. Dans cette énergie de « relecture », il ne faut pas hésiter à faire un crochet par le Musée de l’Ordre de la Libération, fondé par le général de Gaulle en l’honneur des Compagnons de la Libération, pour suivre un parcours dans l’histoire de la France Libre de 1940 à 1945 au travers de la Résistance, de la déportation.

Si le cœur vous en dit, je ne peux que vous conseiller de visiter le Musée des plans reliefs. La scénographie pensée par l’architecte Wladimir Mitrofanoff et le muséographe Christian Germanaz est très belle et les maquettes incroyables. Un moment de pure magie qui vous transporte dans un autre temps par l’observation des maquettes de villes fortifiées réalisées entre 1668 et 1875. Il était question des ateliers pour famille et enfants dans un précédent article, vous pourrez vous y adonner avec vos enfants de sept et plus dans cet endroit poétique.

Evidemment, promenez vous dans l’enceinte de l’Hôtel National des Invalides, créé par Louis XIV en 1670 et construit par l’architecte Libéral Bruant dans un style classique, sobre et d’une grand rigueur pour accueillir les vétérans des guerres royales. L’imposante façade ne vous aura certainement pas échappé lors de l’une de vos balades sur les quais de Seine. L’édifice et l’organisation de ce lieu ont été transformés par Napoléon Bonaparte. L’église Saint-Louis édifiée par Jules Hardouin-Mansart en son époque, deviendra un panthéon militaire national et, surtout le site d’édification du tombeau de l’Empereur. L’Institution Nationale des Invalides qui n’est autre qu’un hôpital militaire prenant en charge les blessés de guerre et du grand handicap est toujours en activité dans ce haut lieu historique de la ville de Paris. Laissez-vous porter par l’histoire le temps d’une visite !

SDA

**************************************************

Hôtel National des Invalides – Musée de l’Armée, 129, rue de Grenelle ou Place Vauban, 75007 Paris

Musée de l’Armée

Musée des plans-reliefs

Musée de l’Ordre de le Libération

 **************************************************

No Comments

Post A Comment