Auguste & Ava | MeMo, une maison d’édition pour enfants hors normes
727
single,single-post,postid-727,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

MeMo, une maison d’édition pour enfants hors normes

12 Mar MeMo, une maison d’édition pour enfants hors normes

J’ai découvert les éditions MeMo il y a sept ou huit ans alors que je cherchais un ouvrage, que je pensais être édité par la maison d’édition des Trois Ourses. C’était le coffret Les très petits d’Elisabeth Ivanovsky. J’ai compris ce jour-là que ces deux maisons co-éditaient de temps en temps des livres d’artistes, d’auteurs novateurs du XXe et du XXIe siècles et, que Les très petits appartenaient à la collection des « Trois Ourses » de MeMo. Ce fut une rencontre magique. Pas la peine d’être ou d’avoir un enfant pour aimer leurs publications, comme c’est le cas pour les livres de Bruno Munari, d’Enzo Mari ou d’autres. Ce sont des livres que nous aimerions jalousement garder dans notre bibliothèque d’adultes pour leurs auteurs et illustrateurs hors normes, leur papier et leur reliure de qualité, leur graphisme bien pensé, une impression haut de gamme, leurs histoires inépuisables, leurs rééditions d’auteurs et d’artistes que l’ont ne présentent plus et leurs créations pointues si bien pensées. Chaque ouvrage feuilleté donne envie d’être intégré dans une bibliothèque pour qu’il puisse être regardé, lu, touché par tous ceux qui en exprimeraient le désir. Lorsque l’on a goûté aux voyages esthétiques, à l’imaginaire, à la grande qualité de ces livres et, que l’on a adopté l’univers de MeMo, car il s’agit bien pour moi d’un univers, il est impossible de s’en défaire.

Très vite j’ai cherché un deuxième livre édité par eux : Le Cœur de Pic de Lise Deharme illustré par des photographies de Claude Cahun, dont un ami très cher – spécialiste du livre de photographies – m’avait parlé. Une petite merveille jamais rééditée depuis 1937 ! Ce livre appartient à la collection « Les grandes rééditions » de MeMo qui permet de faire découvrir ou redécouvrir des ouvrages majeurs d’artistes qui ont jalonné l’histoire du livre jeunesse, en respectant au mieux la colorimétrie, la mise en pages et la qualité d’édition de l’original. Peuvent être cités parmi d’autres, Drôles de bêtes et Histoire d’une boîte à joujoux d’André Hellé, Le Petit Brown d’Isobel Harris illustré par André François ou Rond et rond et carré de Fredun Shapur. Ce dernier rend mon fils heureux par son graphisme et, parce qu’il l’accompagne dans ses dessins. En effet, il s’inspire de ce carré et de ce rond qui au fil du livre deviennent un pont, un train, un jouet, des maisons, des arbres et ainsi de suite. Les formes à dessiner ne sont plus si complexes à mettre en œuvre et l’apprentissage du dessin en est décomplexé.

Mémo-2

Les livres acquis par la suite venaient de la collection « Primo » qui réunit des petits livres souples et cousus, aux histoires courtes laissant une place majeure aux dessins. Mon fils était né et, il ne s’agissait plus seulement de me faire plaisir mais, de trouver des livres qui puissent éveiller son œil quand il serait en âge de les regarder, d’être accompagné dans sa lecture des dessins et sa découverte d’univers graphiques particuliers, doux, harmonieux et poétiques. Ce fut la période de Drôle d’oiseau de Jennifer Yerkes, cet oiseau « en réserve » qui cherche à se faire voir, qui trouvera une solution pas si bonne pour finalement rester discret mais, entouré d’amis, a enchanté de nombreux moments du soir tout comme le canard, en lignes horizontales au milieu de lignes verticales (ne pas en dire plus pour laisser la surprise), de Filer droit de Noémi Schipfer. Les quatre saisons en quatre couleurs d’Au fil du temps de Junko Nakamura, ont baigné le temps de leur atmosphère poétique et vaporeux et, Zoo de Flavia Ruotolo, a apporté le graphisme animalier coloré et dynamique aux moments de la découverte de nouveaux mots. Il était temps d’aller voir d’autres publications de MeMo.

Entrèrent alors dans la bibliothèque enfantine, Je ne suis pas comme les autres de Janik Coat et En voiture de Louise-Marie Cumont, issus de la collection « tout-petits Memômes » qui est destinée aux petits, mêlant des histoires aux sujets qui les touchent comme le rapport à l’autre, l’accompagnement au quotidien, la peur, la disparition, la différence et tant d’autres émotions, dans un graphisme clair, précis avec des couleurs en tons directs donc aisément lisibles et constantes. Il est d’ailleurs fort agréable de puiser dans cette collection pour offrir des livres à de jeunes enfants. Bon voyage petite goutte d’Anne Crausaz a ravi quelque temps une petite fille, qui adore les livres. Anne Crausaz dont je ne peux que conseiller le charmant et tendre L’une et l’autre tout comme Premiers Printemps et L’oiseau sur la branche (collection « les Albums ») ou la vie de 52 oiseaux au fil des saisons, on se laisse glisser dans un monde de l’ornithologie doux et mélodieux. A côté d’Anne Crausaz, Malika Doray et ses animaux aux émotions dévoilées et joliment expliquées, tel le petit lapin dans ton cauchemar ou le tigre dans Tigre, ce petit tigre…, Emilie Vast et sa nature dessinée et racontée tout en poésie et douceur comme dans en t’attendant…, ainsi que ses introductions de couleurs qui font exploser de joie et danser les fonds marins comme le gris de l’hiver dans Neige, le blanc et les couleurs et dans Océan, le noir et les couleurs rendent l’apprentissage de la vie plus gai.

Vint alors le moment d’intégrer un premier livre de la collection « Les albums » dans la bibliothèque de mon petit garçon, ce fut Eliott et Nestor de Mélanie Rutten, une merveilleuse histoire d’amitié entre disputes, acceptation des différences, appréciation des choses de la vie dans une écriture délicate, un graphisme d’une douceur fascinante et envoûtante. Nour le moment venu et Oko un thé en hiver s’incrustèrent, naturellement, dans la collection. Un nouveau départ, une disparition, des moments de joie, la naissance d’un amour viennent agrémenter les vies des amis. A chaque lecture s’est un voyage initiatique qui nous transporte dans les aléas, les bonheurs et les changements de la vie. De cet auteur L’ombre de chacun et La source des jours sont venus évidemment rejoindre les autres dans la bibliothèque, même si Auguste n’en est pas encore à ses « Premières lectures », titre de la collection, dont ces deux albums sont issus. Le Monde sauvage doit paraître le 19 mars, nous l’attendons, mon fils comme moi avec impatience car, dans ces histoires les personnages apprennent à vivre ensemble, parlent du manque, d’un changement qui les attend, certains aimeraient grandir, d’autres ont peur, il y est question de contemplation également, de rencontres, de voyage, de solitude et de partage. La vie défilant et vagabondant sous le trait de crayon, d’une douceur et d’une profondeur envoûtant, de Mélanie Rutten. Dans une toute autre approche graphique, j’avais – dans la collection des « Albums » – déniché Dans la boîte de Dorothy Kunhardt, première version française depuis l’édition américaine de 1934, une jolie fable drôle et pleine de tendresse qui narre l’histoire d’un petit chien aimé de tous qui devient grand, trop grand, comme un chien normal, alors il n’a plus sa place dans le cirque mais, par miracle, il continue à grandir, tellement qu’il retrouvera sa place ! Ce livre joyeux accompagne encore mon fils dans sa croissance. Du pur bonheur !

Il est impossible de passer sur la collection « Les livres d’Anne Bertier », Anne Bertier qui ne cesse de jouer avec les chiffres, les lettres, les additions et les soustractions pour le plus grand bonheur de l’apprentissage des enfants. Je citerais de cet auteur mercredi où il s’agit de dispute entre un petit rond et un gros carré pour mieux se réconcilier et mélanger leur forme à l’infini. Une petite merveille graphique pour les petits et les grands ! Tout comme les 2 carrés d’El Lissitzky ou comment parler aux enfants dans un langage abstrait, tout y est histoire de formes géométriques que rencontrent un carré noir et un carré rouge pour construire un monde multiformes. Tout simplement : magnifique !

Une fois que l’on a goûté aux livres édités par MeMo, nous ne pouvons être qu’à la recherche d’une ancienne parution, dans l’attente d’une nouvelle en nous demandant qu’elle sera cette prochaine surprise et, surtout dans l’appréciation des beaux livres, que nous aimerions tant inculquer à nos enfants. MeMo comme les Trois Ourses (dont nous parlerons bientôt) nous amènent aussi à aller à la rencontre de livres pour la jeunesse anciens, à la recherche de créations d’artistes, de collaborations inédites passées ou à venir. En plus de nous faire rêver, les éditions MeMo nous aident à nous éduquer dans un domaine qui n’était pas instinctivement le nôtre ! Essayez d’entrer dans leur monde, vous ne pourrez plus en sortir !

SDA

 Les éditions MeMo

les sorties entre avril et juin 2015 

No Comments

Post A Comment