Auguste & Ava | Un peu de magie
16186
single,single-post,postid-16186,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Un peu de magie

24 Nov Un peu de magie

La suite d’Un garçon nommé Noël est enfin arrivée ! Matt Haig nous emporte une nouvelle fois, dans un monde rempli de courage, de mauvais sentiments de certains adultes et de bonté, dans son nouveau conte de Noël La fille qui a sauvé Noël.

Capture d’écran 2017-11-21 à 14.48.45

Je reviens rapidement sur le tome premier pour ceux qui ne l’auraient pas, encore, lu. Nous faisions la connaissance de Nicolas, qui allait parcourir le Grand Nord à la recherche de son père parti pour trouver Lutinboug. Il le retrouvera mais, pour peu de temps. Orphelin, il sera le seul humain à vivre avec les lutins, prendra le prénom de Noël puis deviendra le Père Noël ! C’est là que cette fameuse légende commence… Le premier enfant à bénéficier de sa visite et à recevoir un cadeau de sa part est la petite Amélia S. Perrance, à Londres qui en échange ne devra jamais cesser de croire en la magie.

Capture d’écran 2017-11-21 à 14.47.41

La fille qui a sauvé Noël commence un an plus tard. Amelia écrit au Père Noël avec pour plus grand souhait, la survie de sa mère mais, les choses vont prendre une tout autre tournure et la petite Amelia va perdre sa foi en la magie. Une problématique supplémentaire pour le Père Noël qui a déjà bien des soucis à Lutinbourg : attaque de Trolls, rennes déboussolés et manque de temps pour remplir sa mission. Tout est en place pour que ces personnages se rencontrent. Ils partageront de drôles de moments avec leurs compagnons. Nous trouvons plaisir à retrouver le renne Eclair, le père Topo, Nouch, la fée de Vérité, … et, à en découvrir d’autres comme le chat Capitaine Suie, Charles Dickens, l’horrible monsieur Villain et la téméraire Mary, jusqu’au dénouement attendu.

Ce roman mêle la mélancolie de La Petite marchande d’allumettes d’Andersen à la joie de la magie de Noël d’un Chris van Allsburg. La tante de Nicolas dans le premier tome pouvait nous faire penser à Ebezener Scrooge (Un chant de Noël, Dickens), en version monstrueuse. Amelia, dans le second tome, nous remémore la jeune Jane à l’internat de Lowood (Jane Eyre, Charlotte Brontë) ou la petite Sara (La petite princesse, Frances Hodgson Burnett) lorsqu’elle était la petite servante dans son pensionnat. Entre larmes et fous rires, le jeune lecteur se confronte à la pauvreté, à la tristesse, à la détresse mais, surtout à la solidarité, à la bonté, à la générosité, au partage, au courage, au dépassement de soi qui portent les protagonistes de ces deux histoires à dévorer en cette jolie période qui s’offre à nous.

SDA

Un garçon nommé Noël, Matt Haig, avec les illustrations de Chris Mould, collection Fictions, Editions Hélium, 2016, 9-12 ans

La fille qui a sauvé Noël, Matt Haig, avec les illustrations de Chris Mould, collection Fictions, Editions Hélium, 2016, 9-12 ans

 

No Comments

Post A Comment