Auguste & Ava | Une rentrée pour un enfant joliment chaussé
859
single,single-post,postid-859,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

Une rentrée pour un enfant joliment chaussé

09 Sep Une rentrée pour un enfant joliment chaussé

L’été se termine, synonyme de retour sur les bancs de l’école pour les enfants qui connaissent déjà la joie de la fréquenter. Comment se chausser, se seront demandés certains d’entre eux ? Tristes de ne plus pouvoir gambader pieds nus, comme beaucoup d’entre nous, n’ayant pas la moindre envie de porter à nouveau des souliers, tennis, mocassins, derbies ou autres chaussures fermées, ils se font heureusement une joie de retrouver leurs copains. Joie vite tâchée par l’idée de ne pas avoir d’autre choix que de mettre des chaussures signifiant que la parenthèse Robinson Crusoé à la plage ou dans le jardin est terminée et que celle du temps de se déplacer sur le bitume est ré-ouverte. Essayons donc de leur proposer des souliers confortables, colorés et faussement décontractés comme les bottines et derbies souples de la marque Clotaire ou les classiques de Start Rite « John » et « Charles » pour les garçons, « Clare » et « Louisa »  pour les filles, une paire de babies Manuela de Juan, une ravissante paire de boots ou de bottines Gallucci ou Emile et Ida.

Clotaire vs Start Rite-2

Le combat n’en sera pas moins acharné pour convaincre votre chérubin de les porter car il préférerait sauter sans sourciller dans ses sandales, ses tennis en toile, ses tongs, ses espadrilles ou ne rien porter du tout mais, les vacances sont terminées ! Vous bataillez donc au milieu de votre entrée ou de votre salon, lui proposant des souliers en cuir, à lacets ou pas, qui se révèlent être trop rigides, pas assez ouverts, tenant trop chaud, compressant ses pieds, trop foncés, trop rouges, trop jaunes, trop hauts, votre enfant ne manque pas d’arguments pour leur échapper, vous risquez de perdre la partie. Après un échange qui aura duré jusqu’à épuisement du vocabulaire de chacun pour défendre son propos et persuader l’autre que son choix est le bon, c’est finalement vous qui remportez ce combat rude et étrangement interminable ! Vous avez gagné cette partie, votre enfant s’est laissé convaincre ou simplement amadouer en adoptant ses souliers, vous faisant discrètement comprendre, au passage, qu’il préfèrerait ne pas les abîmer pour les conserver en parfait état pour les grandes occasions. Vous comprenez qu’il ne les portera qu’une ou deux fois et, que malin et malicieux, il sait que le lendemain il enfilera gaiement ses tennis préférées, reines de son dressing.

Cependant, il reconnaît que les chaussures que vous lui proposez sont ravissantes et qu’il les trouve à son goût pour les tester sur sa trottinette qu’il chevauchera jusqu’à la porte de l’école. Tout n’est pas perdu !

No Comments

Post A Comment